Les dernières news


Au vu des coûts d'un hébergement d'un serveur Windows (Et oui une licence Windows n'est pas gratuite), se pose la question lorsque l'on veut faire des petits développements que l'on veut héberger soit même. Et de manière générale avec la nouvelle philosophie de Microsoft avec dotnet qui permet de faciliter le développement cross-plateforme cette question apparait d'autant plus pertinente. Il n'a jamais été aussi facile de franchir le pas pour déployer ses applications sur un serveur linux lorsque l'on fait du développement sur le framework dotnet (core pour l'instant, mais avec .net 5 la question n'aura plus le mérite d'être poser à moyen / long terme normalement). 

Bref, j'ai franchi le pas avec mon blog. Et même si ce n'est pas compliqué en soit, il y a des petites choses qui peuvent paraitre un peu complexe lorsque nous sommes habitués à gérer des serveurs Windows. De ce fait, je me suis dit que les recherches que j'ai pu faire pour monter en compétences sur l'administration de serveurs linux intéressera surrement d'autres personnes en le faisant gagner du temps dans leur phase de formation. Je ne prétends pas ici vous former au même niveau qu'un administrateur systéme linux dont c'est le métier depuis x années. J'ai encore un peu de travail pour en arriver là. Toutefois, cela vous donnera un point de départ sur ce qu'il faut commencer à maitriser avant de partir à l'aventure.

Je vais découper ainsi les problématiques par "journée" d'apprentissage, car Rome ne s'est pas construite en 1 jour et qu'il y a beaucoup à apprendre. 



L’ANSSI et son homologue américaine redoublent de vigilance quant à la faille Zerologon, qui met en danger les infrastructures Active Directory. Le CERT-FR a actualisé son bulletin d’alerte relatif à Zerologon. Il a ajouté des informations d’aide à la détection.



Le ransomware est sans doute l'innovation la plus importante en matière de cybercriminalité de l'histoire récente. Le modèle commercial des ransomwares est si efficace qu'il constitue désormais la menace la plus courante et la plus dévastatrice pour les organisations de toutes tailles. En tant que fournisseur de cyberassurance, nous avons le malheur de répondre aux attaques de ransomwares dans des dizaines de milliers d'entreprises, et les tendances sont inquiétantes.

Les attaques de ransomware constituaient la plus grande source de réclamations en matière de cyber-assurance pour de nombreux assureurs en 2018 et 2019, avec des taux de croissance rapportés supérieurs à 100% d'une année sur l'autre. Au total, les réclamations contre les ransomwares coûtent des centaines de millions de dollars aux assureurs et se seraient chiffrées à des milliards sans la faible adoption de polices d'assurance cybernétique. Au lieu de cela, ces coûts sont souvent supportés par des entreprises individuelles qui sont les malheureuses victimes des ransomwares .